Classification des ostéonécroses par biphosphonates

Dentist Examining X-ray of Mouth and Teeth

Les classifications de l’ostéonécrose sont multiples et évolutives.

En 2009, la classification de Ruggiero et coll. est la suivante :

Stade 0 : Aucun signe clinique apparent de nécrose osseuse mais présence de signes et symptômes cliniques non spécifiques.

Stade 1 : Nécrose osseuse apparente chez des patients asymptomatiques sans infection associée.

Stade 2 : Nécrose osseuse apparente associée à une infection avec présence de douleurs et d’érythème dans la zone exposée avec ou sans écoulement purulent.

Stade 3 : Nécrose osseuse apparente associée à un ou plusieurs des signes suivants : nécrose osseuse apparente s’étendant au-delà de l’os alvéolaire (bord basilaire et bord postérieur du ramus mandibulaire, sinus maxillaire et zygoma) entrainant fracture, fistule extra-orale, communication bucco-sinusienne ou bucco-nasale, ou ostéolyse s’étendant au bord inférieur mandibulaire ou au plancher sinusien.

D’autres classifications ont récemment été proposées, notamment en 2012 où Bedogni et coll. ont inclus les données radiologiques, enlevé le stade 0 et n’utilisent plus les symptômes pour distinguer les différents stades de la maladie :

Stade 1: Ostéonécrose focale ;

1a. Asymptomatique / 1b. Symptomatique (douleur et pus)

Signes cliniques et symptômes : exposition osseuse, mobilité dentaire soudaine, absence de cicatrisation de l’alvéole suite à une avulsion, fistule muqueuse, gonflement, abcès, trismus, déformation mandibulaire, et hypoesthésie/paresthésie des lèvres.

Signes au scanner : densité osseuse augmentée limitée à la région osseuse alvéolaire (épaississement trabéculaire et/ou ostéosclérose focale) avec ou sans les signes suivants : épaississement marqué et sclérotique de la lamina dura, persistance alvéole et/ou disparition de la corticale.

Stade 2 : Ostéonécrose diffuse ;

2a. Asymptomatique / 2b. Symptomatique (douleur et pus)

Signes cliniques et symptômes : identiques au stade 1.

Signes au scanner : densité osseuse augmentée étendue à l’os basal (ostéosclérose diffuse) avec ou sans les signes suivants : proéminence du canal du nerf alvéolaire inférieur, réaction périoste, sinusite, formation d’un séquestre et/ou fistule oro-antrale.

Stade 3 : Ostéonécrose compliquée

Signes cliniques et symptômes : comme au stade 2 avec un ou plusieurs signes suivants : fistule extra- orale, déplacement de fragments mandibulaires, fuite nasale de liquides.

Signes au scanner : ostéosclérose des os adjacents (zygomatique, palais dur), fracture mandibulaire pathologique et/ou ostéolyse étendue au plancher sinusal.

Toujours en 2012, la classification de Patel et coll. propose d’adapter la terminologie en ajoutant le terme « non exposé » (NE) à chaque stade de l’ostéonécrose :

Stade 0 : Aucun signe clinique apparent de nécrose osseuse mais présence de signes et symptômes cliniques non spécifiques. Stade 1 : Nécrose osseuse apparente chez des patients asymptomatiques sans infection associée.

Stade 1 NE : Aucun signe clinique d’infection. Des signes radiographiques peuvent être présents.

Stade 2 : Nécrose osseuse apparente associée à une infection avec présence de douleurs et d’érythème dans la zone exposée avec ou sans écoulement purulent.

Stade 2 NE : Os nécrosé non exposé. Signes cliniques d’infection, fistule intra-orale, gonflement, douleur, paresthésie/dysesthésie. Signes radiographiques de nécrose.

Stade 3 : Nécrose osseuse apparente associée à un ou plusieurs des signes suivants : nécrose osseuse apparente s’étendant au-delà de l’os alvéolaire (bord basilaire et bord postérieur du ramus mandibulaire, sinus maxillaire et zygoma) entrainant fracture, fistule extra-orale, communication bucco-sinusienne ou bucco-nasale, ou ostéolyse s’étendant au bord inférieur mandibulaire ou au plancher sinusien.

Stade 3 NE : Os nécrosé non exposé, douleur, signes cliniques d’infection et symptômes identiques au stade 2 NE avec un ou plusieurs des signes suivants : évidence radiographique de l’extension osseuse nécrosé au-delà de l’os alvéolaire, fracture pathologique, fistule extra- orale, communication bucco-sinusienne ou bucco-nasale, ostéolyse s’étendant au bord inférieur mandibulaire ou au plancher sinusien.

Une classification selon le degré d’invalidité engendrée par l’ONBP,

utilisée par le CHUV division chirurgicale maxillo-faciale de Lausanne semble intéressante. Cette classification multidirectionnelle permet de moduler la stratégie thérapeutique et l’équipe de prise en charge.
Lorsque l’ONBP est classée comme invalidante, la division de chirurgie maxillo-faciale la prend en charge. Lorsque l’ON est classée comme non invalidante, c’est le service de stomatologie et de médecine dentaire qui la traite et la surveille. Les patients circulent également entre les deux équipes suivant que l’ONBP se péjore ou s’améliore.

image

Source: <dumas-00943562>