Matériel photo 2: le boitier

img_1389

Canon or Nikon


img_1386

Nous avons vu dans l’article précédent que le flash qui semble le plus adapté au monde dentaire est le R1C1 de chez Nikon: l’objectif sur lequel le R1C1 va s’adapter sera donc un Nikon, et de ce fait, le boîtier sera également de la Marque Jaune, un Nikon!

Pour savoir quel boîtier choisir, il faut connaître certaines notions simples: Choisir un appareil-photo, c’est choisir un format d’image et tout ce qui gravite autour du format choisi.

Le format d’image détermine la taille de l’appareil, la grosseur de son objectif fixe ou de ses objectifs interchangeables.

De plus le format d’image détermine la profondeur de champ que l’on obtiendra avec les différentes longueurs focales

Format d’image du capteur photographique:

Le capteur photographique est le composant de base des appareils photo et des caméras numériques, l’équivalent du film (ou pellicule) en photographie argentique.

En photographie, le terme format d’image fait référence à la taille du négatif ou du capteur numérique d’un appareil-photo.

Par le passé, la photographie était une aventure sur film argentique et la pellicule photo argentique avait une dimension physique de 24×36 mm (soit un rapport de 3/2, c’est-à-dire que la photo est 1,5 fois plus longue que large).

img_1354

Retenez bien ce terme de « 24-36″ (24x36mm), car vous en entendrez fréquemment parler…

Lors du passage à l’ère de la photographie numérique, nous sommes passés d’une pellicule à un capteur numérique, composé de photosites, c’est-à-dire de petites cellules photo-électriques qui captent la lumière pour chaque pixel qui constituera l’image.

Le capteur, c’est un peu l’âme de votre appareil photo.
C’est lui qui capture la lumière et transforme ce que vous voyez à travers votre viseur en une image numérique.

Le capteur est un élément-clé pour déterminer la taille de votre image (sa résolution), les performances de votre boîtier dans les basses lumières, sa plage dynamique, etc.

Jusqu’ici, rien de très compliqué. On commence seulement à s’arracher les cheveux lorsque l’on comprend qu’il existe plusieurs types de capteurs, ayant des dimensions différentes, et que ces tailles ont une influence sur le rendu de nos photos… sans parler des termes qui  se rattachent à ces différentes tailles: Full Frame ou plein format, APS-C, CX, 1/2″, 1/1,7 », 1/2,3… Que veulent dire tous ces termes, et que se cache-t-il donc derrière cette notion de taille de capteur ?

Précision importante : les dimensions d’un capteur sont différentes du nombre de ses méga-pixels :

– La résolution d’un capteur (le nombre de ses méga-pixels) influe sur la dimension de vos images, par exemple sur la taille des tirages que vous souhaitez faire de votre photo.

– La taille du capteur, elle, influe sur le rendu de l’image.

Pour commencer, nous allons voir les différentes tailles de capteurs existantes, puis nous parlerons de leurs conséquences sur le rendu des photos.

Les différentes tailles de capteurs:

Voici un schéma comparatif des principaux format de capteurs disponible sur le marché. Il n’est pas à l’échelle (le format Full Frame fait ainsi 24 x 36 mm), mais les proportions sont respectées.

img_1359

Il est admis que plus un capteur est grand, et plus la qualité de l’image sera élevée. Reste à pouvoir se retrouver dans l’univers des mesures des capteurs photos. La taille exprimée en pouces découle directement de l’âge de la TV à tube. Cette mesure se réfère directement au diamètre du cercle dans lequel s’inscrit le capteur sans pour autant en occuper la totalité. La diagonale du capteur est globalement égale au 2/3 de la taille indiquée. Un peu compliqué, d’autant que l’unité de mesure choisie est le pouce ( pouce = 2,54 cm).

img_1363

Le capteur plein format (full-frame in english)

Il mesure 24x36mm pour être directement équivalent à la pellicule argentique de même taille. Plutôt réservé à des réflex haut-de-gammes pour le moment (quoique les hybrides commencent à concurrencer ce segment)

Le capteur APS-C

Capteur assez grand mais plus petit que le plein format, dans des proportions allants de 1,5 (Nikon, Pentax, Sony) à 1,6 (Canon) fois plus petites.
Ce format de capteur est très courant dans les reflex d’entrée et de moyenne gamme, ainsi que dans les hybrides (Fuji, Sony, …).

Le capteur APS-H
Capteur 1,25 fois (arrondi à 1,3) plus petit que le plein-format, uniquement présent chez certains reflex Canon.

Le capteur 4/3
On l’appelle également « système micro quatre tiers » (« micro four thirds » in english).
Capteur environ 2 fois plus petit qu’un plein-format. Attention : les proportions de l’image passent de 3/2 à 4/3. On le trouve généralement sur des hybrides chez Olympus, Panasonic et Kodak.

et puis des petits capteurs présents sur les compacts et bridges, et environ 3 fois plus petits qu’un plein-format (capteurs 1 pouce, 1/1,7 », ½ », 1/2,3 », 1/2,5 », …).

et ne parlons même pas des capteurs de téléphones mobiles
qui sont encore plus petits.

img_1385

Du reflex au compact : éventail des tailles

img_1358

Impact sur l’image:

La qualité d’image : une histoire de densité

Maintenant que nous avons abordé les différentes dimensions de capteurs, il faut comprendre un second point important : plus la densité de photosites sera importante sur le capteur, moins chaque photosite aura de place pour capter la lumière. Il y aura donc une baisse de qualité d’image.

Par exemple : 16 millions de pixels rassemblés sur un capteur APS-C de 15,6×23,5mm, seront bien plus « serrés » que sur un capteur plein-format de 24x36mm. Logique, non ? 🙂 Pour rentrer tous ces photosites sur un capteur plus petit, il faudra donc les construire de plus petite taille.

C’est comme si vous essayez de mettre des galets dans une boîte : il vous faudra une grande boîte. Si la boîte est trop petite, vous ne pourrez y mettre que du gravier. Et si la boîte est encore plus petite, vous ne pourrez y mettre que du sable…

…ce qui explique naturellement que plus un capteur est de grande taille, plus les fabricants peuvent y placer des grands photosites. Or, plus ils sont grands, mieux ils peuvent capter la lumière, et plus ils restituent une image de qualité. En effet, de par leur surface plus importante, les gros photosites sont plus sensibles. Ils sont donc plus réactifs aux faibles quantité de lumière, donc plus précis, et plus efficaces dans des conditions de faible luminosité

La gestion du bruit (monté en ISO)

Toujours en raison de la densité des photosites, plus un capteur sera grand, mieux il gèrera la montée en sensibilité. À l’inverse, plus le capteur sera petit, plus du bruit apparaîtra rapidement dans l’image (le bruit est dû à la surchauffe du capteur).

explication: Sans vouloir entrer dans des détails trop techniques, le principe d’un capteur photo est de recevoir de la lumière. Lumière qu’il transforme en courants électriques. Ces derniers sont alors interprétés par un circuit électronique pour former une image. Schématiquement, plus la quantité de lumière reçue par la capteur est importante, et plus le courant électrique sera intense. Autre réalité, l’intensité du courant découle aussi directement de la surface du capteur. Il y a un seuil minimal en dessous duquel le courant électrique ne peut pas être mesuré. Il faut alors l’amplifier. Une amplification source de bruit qui dégrade la qualité d’image.

Capteurs, focale & facteur de recadrage

Voiiiiiiilà, nous arrivons au cœur du problème principal pour pas mal de photographes. Prenons un 50mm pour exemple.

Si j’ai une focale de 50mm sur plein-format, à quelle focale est-elle équivalente sur un capteur plus petit ?
Il est courant de dire qu’un 50mm sur un plein-format deviendra un 75mm sur un APS-C Nikon ou Pentax ou Fuji (x1.5), un 80mm sur un APS-C Canon (x1.6), et un 100mm sur un capteur micro 4/3 (x2).

C’est la fameuse histoire du « facteur de recadrage » (ou « crop factor »).
Cette information n’est pas tout à fait exacte.
Elle permet juste de simplifier l’expression du problème. Donc si ces questions un peu techniques vous provoquent céphalées, strabisme, rougeurs ou déprime passagère, gardez simplement ce calcul en tête : prenez votre focale, et appliquez-lui le facteur de recadrage de votre boîtier (si vous ne le connaissez pas, vous le trouverez dans le mode d’emploi de votre appareil photo) pour en connaître l’équivalent en 24x36mm.

Pour être plus précis…
…sachez qu’en réalité votre focale reste la même, quel que soit le capteur dont est équipé votre boîtier. Un 50mm reste bel et bien un 50mm sur plein-format, APS-C, micro 4/3, etc, etc.

Ce qui change, c’est que votre capteur enregistre une image de plus petite taille qu’un plein-format car il ne peut pas utiliser la surface complète de l’image envoyée par l’objectif. C’est donc le même résultat que si l’on recadrait dans la photo au post-traitement.

Une image valant 1000 mots, en voici l’illustration :

img_1362
Capteurs et profondeur de champ:


Il est courant de dire qu’avec des capteurs de petite taille, la profondeur de champ est plus grande qu’avec des capteurs de grande taille.

Ainsi, vous aurez plus de mal à jouer avec les flous de premier ou d’arrière-plan.  À l’inverse, plus le capteur est grand, plus les flous sont prononcés (profondeur de champ plus courte).

Idem, il s’agit d’une simplification du problème. Vous pouvez retenir cette information si vous souhaitez ne pas compliquer le sujet.

Pour être plus précis, la vérité est également liée au facteur de recadrage.
Avec un objectif similaire utilisé sur un capteur plein-format, puis sur un APS-C, la profondeur de champ est la même. Simplement, en raison du facteur de recadrage, on est obligé de prendre davantage de recul avec le capteur APS-C pour obtenir la même composition d’image, ce qui entraîne une profondeur de champ plus grande.

Vous vous êtes peut-être aperçu que  la profondeur de champ est plus grande sur un compact (ou sur un téléphone mobile), et qu’il est difficile de faire de beaux flous artistiques .
Effectivement, ce problème est dû à la petite taille du capteur : en raison du facteur de recadrage, les focales installées sur les appareils compacts sont souvent des grands angles, voire des très grands angles.

Le résultat visuel n’est pas franchement, voire pas du tout, celui d’un grand-angle (en raison du crop factor), en revanche le problème de la profondeur de champ demeure : plus une focale est courte, plus la profondeur de champ est grande.

Bilan:

Maintenant que vous avez compris le principe, il faut relativiser certaines informations… et oui, je sais, ça complique encore un peu le schmilblick !

Car oui, les dimensions du capteur et sa résolution ne sont pas les seules composantes de la qualité d’image… elles n’en constituent que deux !

Il ne faut pas oublier que la qualité des objectifs joue un rôle décisif dans la qualité d’une photo. Mais il y a encore d’autres composantes, très techniques (comme par exemple les algorithmes qui permettent à votre boîtier de traiter l’image restituée par son capteur), que je n’aborderai pas sur ce blog car je ne maîtrise pas suffisamment le sujet.

J’espère néanmoins vous avoir aidé à saisir un peu mieux en quoi la dimension d’un capteur a une incidence sur vos images, et que vous aurez au moins compris :
– les « équivalences » de focales,
– que l’on n’est pas obligé d’avoir un plein-format pour faire de jolis flous artistiques (mais qu’un trop petit capteur vous limitera énormément à ce niveau),
– que plus le capteur est petit, plus il sera sujet à l’apparition de bruit lors de la montée en ISO
.

Quel appareil en dentaire?

Si vous débutez en photo et que tout ça vous laisse perplexe, alors ne vous prenez surtout pas la tête. Si vous souhaitez vous mettre sérieusement à la photo, choisissez plutôt un appareil avec un capteur APS-C ou plein-format.

La taille du capteur à choisir est fonction du type de photo que vous souhaitez réaliser:

– le photographe animalier qui a envie de prendre des photos ou l’on voit l’animal de près, tout en restant loin pour ne pas l’effrayer, privilégie un petit capteur s’il ne veut pas réinvestir dans de nouveaux objectifs: en effet, s’il veut conserver son objectif 100mm, le fait que le capteur soit plus petit permet de recadrer l’image, de la resserrer car 100x 1,5=150: il se retrouve avec une focale de 150.

par contre, le photographe qui fait du paysage en utilisant un 24mm veut un capteur plus large car 24×1,5=36: le 24mm se transforme en un 36mm de focale; du coup ils voient plus serrés alors qu’ils auraient voulu voir plus large!!

il existe donc des avantages et des inconvénients aux différentes tailles de capteurs

En macrophoto dentaire:

Si on utilise un 100mm avec un appareil photo avec un capteur APS-C Nikon,  la photo sera cadrée comme avec un 150. Si je veux prendre en photo le portrait de mon patient, mon cadrage sera plus serré … je serai donc obligé de me reculer plus. Mais la différence entre un FX et un DX correspond à une différence entre une focale de 100 à 150: il suffit seulement de reculer de 30 cm!

Or les capteurs numériques pour les appareils-photos grands formats sont très coûteux. Il est bien sûr possible de prendre un Full screen pour gagner encore en qualité d’image si l’on veut faire du post-traitement, mais la différence de prix est importante, d’environ 1000€… la différence entre le DX et le Full screen étant qu’avec un Full screen, on doit juste rogner un peu les images en post-traitement, ce qui n’est pas un soucis vu le nombre de pixel des appareils aujourd’hui!

Je vous propose donc d’opter pour le Nikon D7200DX de Nikon! Ce boîtier est en effet très intéressant dans le monde dentaire de par son prix, pour la qualité d’image, et les distances à respecter entre le sujet et l’appareil photo.

img_1350

Le D7200 DX a une résolution de 24,2 millions de pixel.

Il bénéficie d‘une plage de sensibilités allant de 100 à 25 600 ISO,

Le Wi-Fi intégré et la prise en charge de la technologie NFC (Near Field Communication) facilitent le transfert des photos au moyen d‘un périphérique mobile. Il est compatible avec les carte eye-fi pour utiliser le progiciel KITVIEW.

Le prochain article abordera l’objectif macro.

Si vous avez des questions, comme d’habitude, n’hésitez pas à les poser en commentaires

sources:

-cnet.france

-tontonphoto

 

 

 

 

Laisser un commentaire