Quand les médicaments exposent aux caries dentaires.

Les médicaments exposent aux caries selon plusieurs mécanismes:

  • médicaments contenant des sucres
  • médicaments causant une sécheresse buccale
  • médicaments dont les formulations diminuent le pH buccal
  • médicaments exposant à des déminéralisations

Globalement, le risque paraît souvent dose-dépendant, mais les données précisant les liens entre dose quotidienne, durée de prise et risque carieux manquent très souvent.

 

 

image

Médicaments contenant un sucre:

Les médicaments destinés à la prise par voie orale sous forme de sirop sont, par définition, riches en sucres. C’est aussi le cas de diverses formes solides: pastilles, comprimés à sucer, granules d’homéopathie.

 

 

image

Médicaments causant une sécheresse buccale:

Atropiniques:

Les médicaments ayant un effet atropinique agissent sur de nombreux organes et fonctions; notamment ils réduisent le flux salivaire et augmentent le risque de caries.

L’effet atropinique des médicaments est recherché dans diverses situations. Il s’agit principalement de l’atropine par exemple en cardiologie et de la scopolamine,par exemple en soins palliatifs; de certains antiparkinsoniens, de certains antispasmodiques, utilisés dans diverses douleurs; des atropiniques utilisés dans les incontinences urinaires; des bronchodilatateurs atropiniques; des médiatiques en collyre; etc….

De très nombreux médicaments exercent un effet atropinique plus ou moins intense mais non recherché.

La plupart des antihistaminiques H1 sédatifs ont un effet atropinique, quelles soient les situations où ils sont utilisés: antitussif; insomnie occasionnelle; rhinite allergique; un neuroleptique « caché », la flunarizine; des phénothiazines, des psychotropes.

image

De nombreux antidépresseurs:

Les antidépresseurs imipraminiques ont des propriétés atropiniques et exposent à la formation de caries.

Les antidépresseurs inhibiteurs dits sélectifs de la recapture de la sérotonine (IRS) exposent aussi à des effets indésirables atropiniques faibles,variable selon l’IRS.

D’autre part, des observations de sécheresse de la bouche ont été rapportées aussi à des antidépresseurs inhibiteurs de la recapture de la sérotonine et de la noradrénaline ainsi que de la monoamine oxydase.

Neuroleptiques:

Les neuroleptiques diminuent la sécrétion salivaire par inhibition des récepteurs alpha-1. De nombreux neuroleptiques ont aussi un certain effet atropinique, facteur de sécheresse buccale.Idem pour les neuroleptiques « cachés » utilisés dans le traitement des migraines.

Médicaments sympatholytiques:

L’inhibition des récepteurs alpha-1 et la stimulation des récepteurs alpha-2 présynaptiques diminuent la production de salive. Les récepteurs bêta ne semblent pas faire varier le débit salivaire.

les alpha-1 bloquant utilisés en thérapeutique  sont principalement les alphabloquant utilisés dans l’hypertrophie bénigne de la prostate ou dans l’hypertension artérielle, et un vasodilatateur, le moxisylyte.

Les neuroleptiques ont des effets alphabloquants.

Certains bêtabloquants, qui ont aussi un effet alphabloquant exposent à une sécheresse buccale.

Des médicaments stimulent les récepteurs alpha-2 présynaptiques et réduisent le tonus sympathique. Il s’agit surtout des anti hypertenseurs centraux.

la brimons dine,un antagoniste alpha-2 commercialisé en collyre dans le glaucome à angle ouvert, induit des sécheresses de la bouche.

Médicaments de la douleur: opioïdes, néfopam

Tous les opioïdes exposent à des caries quels que soient leur voie d’administration(orale,nasale,etc…) et leur usage: médicaments de la douleur, substituts de toxicomanie aux opioïdes, etc…

Le mécanisme évoqué est une sécheresse buccale.

La méthadone, utilisée é substitution dans les dépendances opioïdes, est présentée notamment sous forme de sirop contenant du saccharose qui expose particulièrement aux caries par l’effet opioïdes et la présence de sucre.

Un opioïdes utilisé comme antidiarrhéique, le lopéramide, expose aussi à une sécheresse buccale.

Le néfopam est un antalgique central non opioide avec des effets atropiniques.

Amphétaminiques:

Les substances amphétamine quel sont des sympathomimétiques indirects, qui exposent à un risque carieux par sécheresse buccale.

Anticancéreux cytotoxiques:

Les anticancéreux cytologiques exposent fréquemment à une sécheresse buccale par altération des glandes salivaires notamment.

Chez les enfants exposés à une chimiothérapie cytologique, certains troubles dans la structure des dents notamment des racines anormales, des microdonties et des pertes de dents ont été rapportés.

Médicaments cardiovasculaires selon divers mécanismes: 

Divers médicaments cardiovasculaires exposent à une sécheresse de la bouche. Les mécanismes en jeu diffèrent selon les substances.

Le disopyramide, un antiarythmique, à un effet atropinique.

Des antihypertenseurs induisent une sécheresse de la bouche par stimulation des récepteurs adrénergiques alpha-2 et réduction du tonus sympathique.

Des bêtabloquants ont aussi un effet alphabloquant.

Des diurétiques exposent à des sécheresses buccales.

Cyclines: 

Les antibiotiques du groupe des cyclines sont connus pour causer des colorations jaunes irréversibles des dents et un risque accru de caries en cas d’exposition des enfants âgés de moins de 8 ans et des fœtus à partir du 2ème trimestre de la grossesse.

Les cyclines forment des complexes cyclines-calcium et exposent à une déminéralisation des dents.

Divers médicaments utilisés dans l’asthme:

Quelques études épidémiologiques ont mis en évidence une augmentation du nombre de caries dentaire chez des patients asthmatiques sous bêta-2 stimulant seul.

Deux études de cohorte ont mis en évidence une augmentation statistiquement significative du nombre de caries chez des patients prenant des bêta-2ème stimulants associés ou non avec des corticoïdes par rapport à ceux n’en prenant pas.

Le montelukast, un antileucotriène utilisé dans l’asthme, induit une sécheresse buccale.

La théophylline induit des caries dentaires.

Des médicaments de l’asthme sont souvent utilisés sous forme de poudre inhalée qui se dépose en partie dans la cavité buccale exposant à des effets indésirables locaux. Certaines poudres inhalées utilisées dans l’asthme ont un pH inférieur à 5,5 exposant la dent à une érosion, qu’il s’agisse de corticoïdes ou de bêta-2 stimulants.

Les bronchodilatateurs atropiniques exposent à des sécheresses de la bouche.

Il n’est pas exclu que l’asthme lui-même expose lui-même à des caries: les dyspnées favorisent une respiration par la bouche qui expose à une sécheresse buccale.

 Et aussi:

d’autres médicaments utilisés dans des situations très diverses sont susceptibles d’assécher les muqueuses: un psychostimulant, le modifinil ; des analogues du GABA, tels que la prégabaline et le baclofène ;la buspirone ; la toxine botulique ; le lithium ; des antirétroviraux ; des antifongiques ; un antihelminthique,le tiabendazole ; un antituberculeux, l’isoniazide ; la vitamine A et les rétinoides ; etc…..

Des dérivés du cannabis induisent une sécheresse buccale.

En pratique: protéger les dents des médicaments:

Les patients ou les parents d’enfants exposés à des médicaments contribuant à des caries sont à informer de ce risque, surtout quand l’exposition est fréquente, voire chronique. Conseiller de boire un verre d’eau et se brosser les dents après la prise d’un médicament contenant du sucre, conseiller d’éviter la prise de ces médicaments immédiatement avant le coucher sont des interventions susceptibles d’aider les patients.

Chez les patients exposés de façon chronique à des médicaments exposant à des caries, il est logique aussi de proposer un examen bucco-dentaire régulier, des conseils alimentaires et d’hygiène bucco-dentaire.

source: Prescrire

image

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

2 commentaires sur “Quand les médicaments exposent aux caries dentaires.”

Les commentaires sont fermés.